Un ajustement à la fois

✏️ Écrit le - 3 min de lecture

Vous avez déjà entendu parler de régimes qui vous promettent de perdre beaucoup du poids très rapidement ? Vous en avez peut être déjà fait.

Il sont souvent très efficace … sur le court terme.

Souvent, ils sont suivis d’une phase de prise de poids, parfois plus importante que la perte initiale (et donc re-belote l’année suivante pour retrouver son bikini body …).

La raison ? L’absence soudaine d’une partie de l’alimentation habituelle va provoquer du stress. Le corps va réagir à ce stress non seulement en réclamant ces aliments, mais également en demandant plus, au cas où cela se reproduirait.

Vous êtes probablement en train de vous demander si la ligne éditoriale du blog a changé. Je vous rassure, même si j’ai beaucoup de choses à dire sur la nutrition, on va bien parler de management et d’équipes de développement.

Il faut savoir que notre cerveau, à l’instar de notre système digestif, n’aime pas les changements trop brusques. Il existe dans la langue de Shakespeare une expression que j’aime beaucoup car je la trouve très parlante : creature of habits. L’être humain est physiologiquement fait d’habitudes, notre système nerveux fonctionne sur un principe de création de raccourcis, les circuits neuroniques. Les changements radicaux ne sont clairement pas notre domaine de prédilection.

Kyan Khojandi

Dans une interview pour le podcast Nouvelle École, Kyan Khojandi (également connu comme « le mec de Bref ») explique que son processus d’écriture est très itératif. Il écrit un sketch, le présente dans une petite salle, et observe la réaction du public.

A partir de là, il travaille pas à pas, modifiant un unique élément de son sketch pour le présenter de nouveau. Il recommence ainsi de suite jusqu’à obtenir un ensemble de sketches dont il est satisfait. Pour avoir vu son dernier spectacle, je ne peux que confirmer l’efficacité de la méthode.

Ce qui est vrai au niveau individuel l’est encore plus au sein de collectifs où c’est l’ensemble des individus qui doit s’adapter au changement.

On ne peut pas décider du jour au lendemain qu’à partir de maintenant, on va fournir le meilleur service client, que l’on va avoir l’équipe la plus inclusive, que la qualité de vie au travail sera désormais idéale dans notre entreprise. Ce sont des belles paroles, mais le cerveau n’est pas capable de suivre. Le stress induit est trop grand et la réaction à la mise en place d’un changement trop brutal peut aboutir à un résultat encore moins favorable que le status quo.

Il n’est pas pour autant question d’abandonner ces objectifs, mais il faut chercher à les atteindre de façon réaliste. D’abord en ne se dispersant pas.

Une fois que l’on a mis le doigt sur le but à atteindre, que l’on a identifié ce qui est essentiel, il est nécessaire d’en déduire les mesures à mettre en place pour l’atteindre, dans une démarche d’amélioration continue, d’essais et d’échecs, d’itérations atomiques.

C’est le meilleur moyen de provoquer le changement en respectant la façon dont nous sommes conçus.