La magie de la zone de confort

✏️ Écrit le - 2 min de lecture

Si vous trainez suffisamment sur internet, vous tomberez probablement sur le fameux motto “ Nothing great ever happens in your comfort zone ”, parfois illustré avec le diagramme de Venn suivant, ou carrément sous la forme d’un motivationnal poster.

venn zone de confort bullshit

Ce genre de motto, c’est le bullshit le plus total.

Si l’on suit ce genre de logique, pour réaliser de belles choses, il faudrait vivre en permanence en dehors de sa zone de confort, être en déséquilibre constant, repousser ses limites sans jamais s’arrêter, sans jamais se poser.

Même si se mettre en déséquilibre de temps en temps est bénéfique, je vois plutôt les choses de la façon suivante (oui, moi aussi je fais des diagrammes de Venn pour avoir l’air smart).

venn zone de confort

La zone jaune, c’est la zone de confort, l’intersection entre ce que l’on aime faire, et ce que l’on sait bien faire.

C’est clairement les choses que l’on fera le mieux, car en plus d’être dans notre domaine de compétences, on est intrinsèquement motivé par l’aspect agréable de la tâche.

La où la magie opère, c’est quand on est capable d’identifier dans cette zone de confort ce qui peut être utile à la société. Si ton talent c’est de faire des pizza et que cuisiner pour tes ami.e.s te rend heureux·se, tu ne changeras pas le monde en faisant des soirées pizza-potes dans ta zone de confort (mais vivre heureux est déjà un but louable en soi).

En revanche, ce qui est intéressant, c’est qu’aucun de ces cercles n’est fixe. Il y a assez peu de chance pour que l’on ait un jour un impact sur le cercle des Useful stuff mais on peut agir assez facilement sur les 2 autres.

Le travail d’un·e manageur·euse, c’est d’ailleurs d’accompagner les personnes managées à jouer sur ces cercles. D’abord en les faisait s’élargir, par exemple en offrant suffisamment d’opportunités pour découvrir de nouvelles choses qui vont potentiellement élargir le périmètre de que l’on aime faire, ou avec des formations qui élargiront celui des compétences.

L’autre partie du travail, c’est d’identifier cette magie, ce point où les 3 cercles se croisent. Quand on sait identifier ce qu’une personne aime faire, en plus d’être compétente sur le sujet, il reste à trouver une utilité à ces compétences, et là, on peut accomplir de grandes choses, sans déséquilibre, en étant serein·e et donc plus efficace.